Κυριακή, 15 Φεβρουαρίου 2015

ΑΛΑΙΝ ΜΠΟΣΚΕ!




ALAIN BOSQUET


SENSUALITÉ

J'aime la femme : un rire, un coude, un sein fuyant.
Et puis, ça sert à quoi, ce choc de deux squelettes ?
J'aime la femme : un regard doux, une sueur.
Et puis, ça sert à quoi, ces salives mêlées ?


J'aime la femme : une manière de traduire la peau trop fine
du néant, son ventre mou qui s'ouvre et se referme.

Et puis, ça sert à quoi de n'être qu'un objet flottant sur des menstrues ?

J'aime la femme : il faut nourrir, pour le tuer,
ce qui en moi devient un singe trop savant
Et puis, ça sert à me grandir comme un mensonge
qui soudain se transforme en folle vérité.

J'aime la femme : une souffrance, un compromis
comme un arbre acceptant d'être un corbeau sans plumes.



Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου